Bienvenue au Chaudron Baveur, espace de partage de Fanfictions.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Liés Par le Coeur

Aller en bas 
AuteurMessage
Myr0n
Elève de première année
Elève de première année
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 25/11/2007
Age : 26
Localisation : Dans le canapé de la salle commune, au coin du feu en train de lire l'Histoire de Poudlard.

MessageSujet: Liés Par le Coeur   Mer 5 Déc - 16:47

Voilà une Fic Commencée récemment et qui ne comporte pour l'instant que 2 Chapitres puisque mon inspiration est partie en vacances '-_-
Cependant je vous posterais la suite dès que je l'aurais écrite ( et si vous le voulez bien sûr ) ^^[/font]
_________________________________________________________




L’air était frais. Etrangement frais, même pour un début du mois de décembre. Et ce ne sont pas les deux personnes allongées au sol, inconscientes, dans cette ruelle sombre qui vous diront le contraire. Il avait un jeune homme et une jeune femme. Le jeune homme, égratigné de part et d’autre était relativement grand. Un bon mètre quatre-vingt. Avec des cheveux châtains, tirant légèrement sur le roux et les yeux d’un bleu perçant.
La jeune fille quant à elle était plus petite, une vingtaine de centimètres de mois que le jeune homme que j’ai décrit juste avant. Elle aussi avait quelques égratignures et son jean était déchiré à certains endroits. Elle avait de longs cheveux châtains foncé, trempant dans la boue à ce moment-ci, ainsi que de magnifiques yeux couleurs chocolat.
A ce moment précis cependant ni l’un, ni l’autre n’était en très bon état.

La jeune fille se réveilla en premier. Elle se releva doucement, sentant une vive douleur dans son dos, probablement due à la dureté du sol. Elle examina les alentours avec inquiétude et aperçu avec surprise le jeune homme auprès d’elle.
Jeune homme qui d’ailleurs, commença à remuer. Tentant de se relever trop vite, sa tête se mit à tourner et il dû se résoudre à rester assis sur ce sol humide quelques minutes encore. Il tourna la tête à gauche, puis à droite et découvrit avec stupeur une jeune fille aussi mal en point que lui et qui le regardait avec étonnement.

- Où sommes-nous ? Murmura-t-il d’une voix rendue sèche par une évidente déshydratation.
- Je l’ignore… Dit-elle d’une voix inquiète. Est-ce que vous… Enfin… Comment vous appelez-vous ? Demanda-t-elle avec hésitation.
- Je suis… Je… Je ne m’en rappelle plus ! Dit-il, déconcerté, se rendant enfin compte de la gravité de sa situation.
- Je ne me rappelle pas non plus de mon nom. Remarqua-t-elle d’une voix sombre. Après quelques seconde d’un lourd silence, elle reprit : Ça ne peut pas être une coïncidence. Je pense que nous nous connaissons et que nous avons eu un accident ensemble.
- Je suis d’accord. Votre visage me parait familier. Etant donné la situation, on pourrait peut-être commencer par se tutoyer ? Demanda-t-il timidement.
- C’est une bonne idée en effet, répondit-elle en esquissant un léger sourire.

Plus que son visage, tout d’elle lui paraissait familier. Sa voix, son regard, son sourire. Chaque regard échangé avec elle provoquait en lui une étrange tempête et il pensa avec certitude que ce n’était pas la première fois qu’elle déclenchait ça chez lui. Elle ne lui était pas inconnue.

Ses yeux bleus fixés sur elle, la dévisageant avec étonnement lui semblaient si beaux et si connus à la fois. Comme si elle avait passé sa vie entière à les admirer. Elle ne se rappelait pas de son passé, ni même de son nom, mais ce jeune homme, il faisait parti de sa vie. C’était certain.

- Peut-être devrions-nous aller nous déclarer au commissariat. Si quelqu’un nous recherche, c’est le premier endroit à appeler ! Déclara la jeune fille avec conviction.
- Je … D’accord.

Inutile de passer pour un idiot à demander ce qu’était un commissariat, cela semblait tellement évident pour elle. Il verrait bien après tout !

Elle lui tendit une de ces fines mains et l’aida à se relever. Ils sortirent de cette ruelle sombre et, après avoir tourné en rond pendant une demie heure avant de tomber sur un plan de la ville, ils arrivèrent enfin au commissariat où un jeune policier s’occupa rapidement d’eux.

En effet, voir deux jeunes gens aux vêtements sales et déchirés, ne se rappelant de rien, ni même de leur nom était assez inhabituel dans cette petite ville non loin de New York.
Le policier prit donc leur déposition, après leur avoir fait apporter une couverture et une boisson chaude.
Il les fit ensuite remplir des documents leur permettant de prendre une nouvelle identité : ils s’appelleraient désormais Chris et Samantha Smith.
- Voilà, je vous ai constitué un dossier grâce à ces formulaires. Vous n’aurez qu’à passer dans trois jours à la mairie de la ville pour retirer vos nouveaux passeports et carte d’identité. Il y à un motel près d’ici si vous voulez vous loger. Nous vous tiendrons au courant si nous entendons parler de personnes vous recherchant. Mais pour être franc, je ne pense pas qu’elles viendront chercher ici !
- Pourquoi cela ? Demanda la jeune fille avec étonnement.
- Eh bien… Vous avez tous les deux un accent britannique assez marqué. J’ignore comment vous êtes arrivés là mais si vos familles vivent en Europe, elles ne penseront pas à notre petite ville des Etats-Unis. Nous essaierons cependant d’entrer en contact avec les autorités de là-bas.
- Merci beaucoup pour votre aide.
- Je vous en prie. Allez voir mon assistante avant de partir : Elle vous donnera une tenue de rechange à chacun. Vous en avez bien besoin.
- Merci encore et Bonne soirée ! Répondit-elle avec gratitude.
- Au revoir ! Ajouta le jeune homme avec un geste de tête reconnaissant envers l’officier.

Après avoir pris les vêtements que leur avait réservés l’assistante, ils sortirent du commissariat et allèrent à pied au Motel qui n’était qu’à quelques centaines de mètres.
Un réceptionniste les accueillit plutôt froidement : ces deux personnes aux vêtements déchirés et sans sacs de voyage ne lui inspiraient pas confiance mais, après que la jeune fille lui ait tendu quelques billet froissés qu’elle avait dans la poche de sa veste, il leur donna la clef d’une petite chambre du deuxième étage.

Ils découvrirent donc avec soulagement leur refuge pour la nuit qui comportait deux lits jumeaux ainsi qu’une grande armoire, une table et une chaise près de la fenêtre et aussi une petite télé. Derrière une porte blanche se trouvait une petite salle de bain.

- Lit de gauche ou de droite ? Demanda celle qui s’appelait maintenant Samantha.
- Honneur aux dames ! Répondit le soi-disant Chris avec un léger sourire.
- Très bien, je prends celui de droite alors ! Tant pis pour toi ! Dit-elle en lui rendant son sourire.
- Je devrais pouvoir m’en remettre ! Rit-il. Qu’est-ce que c’est ? Demanda-t-il en montrant la boîte noire reposant sur un petit meuble.
- Une télévision ! Répondit la jeune fille aussitôt.
- Une vêlé… Quoi ?
- Té-lé-vi-sion ! C’est une sorte de boîte où tu peux voir des gens qui sont à l’autre bout de la planète ! Soit dans des émissions ou dans des films !
- C’est-à-dire ? Demanda-t-il de plus en plus étonné.
- Hé bien il y à le journal par exemple ou une personne te raconte tout ce qui se passe dans le monde. Mais les films c’est du faux, ce sont des gens qui jouent une histoire !
- Hé ben dis donc ! Murmura-t-il impressionné. Et le truc sur lequel tapait le policier tout à l’heure c’est une vélétision aussi ?
- Non, ça n’était pas une télévision mais un ordinateur. C’est un objet sur lequel tu tapes un texte grâce à des touches. Ça évite d’écrire à la main. Et puis, tu peux faire un tas d’autre choses dessus comme aller sur des sites : ce sont des pages créées par des gens, n’importe où dans le monde et qui te renseigne sur tel ou tel sujet ! Expliqua la jeune fille d’une voix patiente.
- Waouh. J’aurais jamais imaginé des trucs pareils !!
- On dirait que notre accident t’a plus affecté que moi… Où peut-être que ta famille était contre les technologies modernes.
- Je l’ignore. Mais on dirait que tu vas avoir pas mal de trucs à m’apprendre !
- Ce n’est pas un problème. Mais pour le moment, je vais aller prendre une douche, ça ne peut pas me faire de mal. Je te laisse découvrir les joies de la télévision ! Dit-elle en lui mettant la télécommande dans la main.
- C’est pour quoi faire ? Demanda-t-il.
- Appuies sur les boutons et tu verras !

Le jeune homme suivit ses conseils et tomba sur un dessin animé assez comique avec des personnages jaunes étranges qui parlaient.
Quelques minutes plus tard cependant, il entendit une exclamation de surprise provenant de la salle de bain.

- Tout va bien ? Demanda-t-il.

Il n’eut pas de réponse tout de suite mais vit la jeune fille sortir de la salle de bain, enroulée dans une serviette et examinant un étrange collier qu’elle portait et qu’ils n’avaient pas vu jusque là. Il rougit en voyant la tenue de la jeune fille qui soulignait ses jolies courbes et ne couvrait pas grand-chose mais se reprit aussitôt :

- Qu’est-ce que c’est ? Interrogea-t-il
- Je n’en sais strictement rien. Je viens de le remarquer. Il est impossible de l’ouvrir alors qu’on voit bien la rainure sur le côté qui montre que ça s’ouvre.
- C’est étrange… Qu’est-ce qui est gravé dessus ? Demanda-il se rapprochant d’elle pour examiner le pendentif.
- C’est un serpent en forme de S. Et on dirait qu’il est incrusté d’émeraudes.
- Tu crois que ça pourrait être une de tes initiales ? Peut-être ton nom de famille ou… Réfléchit le jeune homme.
- J’y ai pensé… Mais ce serpent… Si s’était le S de « serpent » ? Ah… Je n’en sais rien mais ce pendentif ne m’inspire pas confiance. Je me base uniquement sur mon instinct pour dire cela mais je ne pense pas que ceci appartienne à ma famille.
- Tu as sans doute raison. On doit absolument le garder, il nous permettra sûrement de nous relier à notre passé.
- Je suis d’accord avec toi ! Acquiesça Samantha. Je retourne prendre ma douche… Finit-elle en se dirigeant vers la salle de bain.

Chris acquiesça mais ne répondit rien. Beaucoup de choses se bousculaient dans sa tête. Il se posait énormément de questions. Qui était-il vraiment ? Pourquoi était-il là ? Que signifiait ce pendentif ? Et quel était ce lien qu’il avait avec cette jeune fille ? Cette jeune fille si belle et si mystérieuse… Si inconnue et pourtant tellement familière… Cette jeune fille qu’il avait l’impression de connaître depuis toujours alors qu’il s’était réveillé quelques heures plus tôt à ses côtés alors qu’ils étaient tous les deux amnésiques. Cette jeune fille si attirante qu’il admirait et qu’il avait envie de protéger de tous les malheurs du monde.
Et enfin, quel mystère se cachait derrière l’accident qui les avait conduis ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hermyronthelove.skyblog.com
Bérengère
Elève de sixième année
Elève de sixième année
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: Liés Par le Coeur   Mer 5 Déc - 20:49

Aaah pas mal comme début ! J'ai très hate de lire la suite !! Very Happy

_________________
~ Fait parti de la team de Fandefic ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirandae
Elève de troisième année
Elève de troisième année
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 15/11/2007
Age : 34
Localisation : Au Chaudron Baveur devant un jus de citrouille

MessageSujet: Re: Liés Par le Coeur   Lun 10 Déc - 2:02

Début intéressant, comment ces deux-là vont-ils se souvenir de leur passé? Peut-être qu'Harry va venir les aider? Et que s'est-il passé pour qu'ils se retrouvent dans un tel état? J'espère que tu retrouveras l'inspiration pour qu'on en sache un peu plus!!Bisou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mirandae.skyrock.com
Myr0n
Elève de première année
Elève de première année
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 25/11/2007
Age : 26
Localisation : Dans le canapé de la salle commune, au coin du feu en train de lire l'Histoire de Poudlard.

MessageSujet: Re: Liés Par le Coeur   Mer 2 Jan - 15:52

Voila le second chapitre ^^
Bonne Lecture et Bonne Année à Tous !

________________________________________________________

Chapitre 2 : Comme un air de Déja vu ...

Alors qu’il lui semblait n’avoir dormi que quelques minutes, Chris fut réveillé par du mouvement dans la chambre : le lit qui se trouvait sur sa gauche était déjà vide et la jeune fille qui l’avait précédemment occupé faisait des aller et retour dans la chambre.

- Déjà debout ? Murmura-t-il d’une voix pâteuse.
- Oh oui je n’arrivais plus à dormir. Mais tu es apparemment plus gros dormeur que moi ! Sourit-elle.

Malgré le fait qu’il aurait bien dormi quelques heures encore, la voir sourire lui donna envie de se lever et de tout faire pour qu’elle garde ce sourire toute la journée. Il écouta donc ses envies et se redressa, enfila ses vêtements et lui demanda, le visage rayonnant :

- Alors quel est le programme de la journée ?
- Eh bien… c’est peut-être un peu tôt mais je pense que l’on devrait se chercher un travail… Je n’ai que très peu d’argent sur moi, juste de quoi nous payer une nuit supplémentaire et les repas de la journée. Et puis… Il faut bien commencer par quelque chose ! Répondit-elle d’une voix peu assurée.
- Très bien ! Répondit le jeune homme qui ne voyait de toute façon rien d’autre à faire.

Ils se préparèrent donc et descendirent de leur chambre pour aller visiter les alentours. Mais alors qu’ils s’apprêtaient à sortir, le réceptionniste, différent de celui de la veille, les interpella :

- Bonjour jeunes gens ! C’est vous Samantha et Chris ?
- Bonjour ! Répondit Samantha. C’est bien nous en effet.
- Jack, l’officier qui s’est occupé de vous, est un ami à moi. Il m’a raconté votre histoire et quand mon collègue m’a dit que deux jeunes personnes étaient arrivées hier dans un sale état, j’ai su que c’était vous. Que comptez-vous faire maintenant ?
- Eh bien… En fait nous avons pensé à chercher un travail dans le quartier pour le moment.
- L’un de vous d’eux sait cuisiner ? Interrogea le réceptionniste.
- Je… Je crois que je peux me débrouiller à ce niveau là ! Dit Chris, contre toute attente.
- Bien, si vous chercher un travail, nous avons besoin d’un cuisiner ici. En échange je vous nourris et loge tous les deux sans vous demander de loyer.
- Fantastique ! S’exclama la jeune fille. C’est exactement ce dont nous avions besoin. Merci…
- John ! Je m’appelle John.
- Oui, merci beaucoup John ! Répondit Chris à son tour. Je commence quand ?
- Hé bien maintenant ! Sourit John. Quant à vous jeune fille, je pense que la bibliothécaire du la ville cherche une assistante. C’est à trois rues d’ici si vous voulez.
- Merci infiniment John ! Répondit Samantha. Je vais vous laisser travailler maintenant.

Elle sortit du Motel et marcha pendant quinze bonnes minutes avant de trouver ladite bibliothèque. Quand elle entra, l’odeur des vieux livres pénétra aussitôt en elle, lui procurant un bien être intense. Elle adorait lire. Sans s’en rappeler, elle en était sûre. Aussi sûre que le fait que quelque chose de fort la liait à Chris. Ce qui n’était pas peu dire.

- Que faites-vous jeune fille ? Demanda une voix sèche, venant de nulle part.
- Je… On m’a dit que la bibliothécaire cherchait une assistante et je venais proposer mon aide ! Répondit Samantha, intimidée.
- Votre nom ?
- Samantha Smith.
- Approchez ! Ordonna la voix qui appartenait en fait à une vieille dame rabougrie qui venait d’apparaître de derrière une rangée de livres.
- J’ai besoin d’une assistante sérieuse qui notera tous les emprunts de livres et les rapports. Qui contrôlera l’état des livres et qui s’assurera de leur bon traitement.
- Je pense en être capable, déclara la jeune fille.
- Je vous engage pour une durée indéterminée. Il faudra faire vos preuves. Vous commencez tout de suite. Au travail !
- Très bien ! Répondit Samantha en s’attelant à la tâche.


La Journée se déroula ainsi pour les deux jeunes qui découvraient avec plus ou moins de joie leur nouveau travail.
Le soir venant, Samantha sortit de la bibliothèque et reprit la route du motel. Elle passa devant la réception et pensa demander à John si Chris avait terminé sa journée mais ce n’était pas John à l’accueil, c’était l’employé peu aimable de la veille. Elle lui adressa un léger « bonsoir » auquel il ne répondit pas et se dirigea vers leur chambre.
En ouvrant la porte, elle sentit une délicieuse odeur pénétrer dans ses narines et déduisit avec un petit sourire que Chris en était l’auteur.

- Alors tu m’as fait la cuisine ? Demanda-t-elle en entrant dans la chambre.
- Hé oui, comme tu le vois je mets mes talents de cuisinier à ta disposition. Installe-toi ! Répondit-il, tout sourire.

Elle ne se fit pas prier et s’installa sur le lit du jeune homme où les attendaient d’appétissants petits plats. Ils mangèrent donc avec bon cœur, tout en discutant.

- Comment s’est passée ta journée ? Questionna Samantha.
- Pas mal, je dois dire que je m’y suis plutôt pas mal pris malgré ma difficulté à faire fonctionner le four et la gazinière ! S’exclama Chris. Et toi ? Tu as rencontré la bibliothécaire ? John m’a dit qu’elle était aussi belle que charmante !
- Oui j’ai eu le plaisir de faire sa connaissance. Et, au risque de te décevoir, il a bien raison. Mais le fait est qu’elle n’est pas ce qu’on pourrait qualifier de canon.
- J’en déduis donc que c’est une mordue de bouquin complètement associable ? S’enquit-il.
- Exactement ! Sourit la jeune fille.
- Ça ne m’étonne pas !
- Qu’est-ce qui ne t’étonnes pas ? Demanda-t-elle, perdant tout à coup son sourire.
- Bah une mordue de bouquin ! C’est plutôt du genre Je-sais-tout-mieux-que-tout-le-monde ! Tu parles que ça doit être sympathique !
- Merci ! S’exclama la jeune fille d’un ton indigné.
- Quoi ? S’étonna Chris.
- Je te signale, au passage, que j’adore les livres. Mais si je suis trop associable à ton goût je peux changer de chambre ! S’exclama-t-elle d’un ton froid.

La remarque du jeune homme l’avait atteint en plein cœur. Et sans qu’elle sache pourquoi, cela lui faisait atrocement mal de savoir qu’il pouvait penser ça d’elle. Le jeune homme lui avait pâli aux paroles de la jeune fille. Il n’avait en aucun cas voulut la blesser et il était effrayé à l’idée qu’elle s’éloigne de lui alors que sa seule envie était de se rapprocher d’elle.

- Désolé, ce n’est pas… Balbutia-t-il.
- C’est exactement ce que tu voulais dire ! Le coupa-t-elle.
- Ecoutes, je l’ai peut-être dit mais tu es la preuve que ma théorie est fausse alors excuse-moi !
- Qu’est-ce que tu veux dire ?
- Hé bien de toute évidence, je te trouve tout à fait sociable est sympathique, donc cette remarque ne s’adressait pas à toi !

Samantha ne répondit pas et piqua avec colère un bout de viande avec sa fourchette.

- On fait la paix ? Demanda Chris d’une voix timide.


Elle leva la tête vers lui, prête à lui lancer un regard noir mais lorsqu’elle croisa ses yeux bleus, toute la colère qui était en elle fondit d’un seul coup et elle ne put s’empêcher d’esquisser un léger sourire. La guerre était terminée pour le moment.
Ils oublièrent donc cette « première » dispute et finirent leur repas dans la convivialité. Ensuite, après avoir discuté et regardé la télé, ils allèrent se coucher, exténués par cette première journée.

« Ils marchaient tous les deux dans une sombre forêt. Ils marchaient d’un pas rapide et ne cessaient de jeter des coups d’œil apeurés aux alentours.

- Je me demande si on va réussir à retrouver cette tente, dit la jeune fille.
- Bien sûr Mione, ne t’inquiètes pas ! Répondit le jeune homme qui avait les cheveux roux.
- Tu as entendu ? Chuchota la dénommée Mione, à la suite d’un craquement de branches.
- Ce n’est sûrement qu’un…
- ENDOLORIS ! Le coupa une voix féminine.
- Mione !!! Hurla le rouquin en voyant son amie se tordre de douleur. Stupéfix ! Hurla-t-il en direction de l’auteur du sort.
- Dis nous où est le balafré ? gronda une voix désagréable.
- Pas question ! S’exclama le rouquin. PETRI…
- ENDOLORIS ! Le re-coupa cette même voix féminine.
- Laissez-le, Laissez-le… Suppliait la jeune fille débarrassée de son sort.

Les sorts de douleurs continuèrent ainsi pendant 5 bonnes minutes mais les deux jeunes gens tenaient bon. Alors, deux personnes encapuchonnées sortirent de l’ombre, les immobilisèrent et disparurent dans un « PAF » sonore pour arriver dans une ruelle sombre et humide.

- Dis Adieu à tous tes souvenirs Sang de Bourbe ! Oubliettes ! S’exclama la voix masculine.
- Mione ! S’exclama le rouquin, les larmes aux yeux.
- Ne t’inquiètes pas, tu vas la rejoindre tout de suite ! Oubliette ! Répéta cette horrible voix.

Et ce fut le trou noir…

Chris se réveilla en sursaut. La tête pleine des images de cet horrible et étrange cauchemar.
Qui étaient ces gens qui arrivaient à leur faire du mal rien qu’en agitant des branches ?
Pourquoi leur en voulaient-ils ? Qu’avaient-ils fait pour mériter ça ?
Mais surtout : était-ce ce qui les avait amené jusqu’ici ou s’agissait-il d’un simple cauchemar ?
Les questions s’enchaînaient dans l’esprit du jeune homme mais aucune réponse ne parvenait jusqu'à lui.
Quoiqu’il en soit, ce rêve ne lui présageait rien de très bon et il se promit de protéger la jeune fille allongée à ses côtés, peu importe le prix à payer pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hermyronthelove.skyblog.com
Bérengère
Elève de sixième année
Elève de sixième année
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: Liés Par le Coeur   Lun 7 Jan - 23:07

J'adoore ta fic !!! Je veux la suite le plus rapidement possible

... ! Very Happy

_________________
~ Fait parti de la team de Fandefic ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myr0n
Elève de première année
Elève de première année
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 25/11/2007
Age : 26
Localisation : Dans le canapé de la salle commune, au coin du feu en train de lire l'Histoire de Poudlard.

MessageSujet: Re: Liés Par le Coeur   Mer 9 Jan - 2:56

A vos ordres Miss Bérengère ^^
J'ai quelques chapitres d'avances donc voici le troième chapitre plus rapidement que prévu !
Merci à ceux qui me lisent Very Happy

_______________________________________________________


Chapitre 3

Deux semaines s’étaient écoulés depuis que Samantha et Chris avaient perdu leur mémoire et vivaient sous cette fausse identité. Rien de particulier n’avait changé depuis leur arrivée outre le fait que chaque jour qui s’écoulait les rapprochait de plus en plus. Aucune once de mémoire n’était apparue, ni chez l’un, ni chez l’autre malgré le fait que Chris continuait à faire des rêves étranges et dont il ne parlait pas à Samantha puisqu’il était persuadé qu’ils ne signifiaient rien.

Samedi 23 Décembre 1997, aux alentours de 7h du matin.
Alors que Samantha prenait sa douche, elle entendit un cri très peu viril venant apparemment de leur chambre.
- Chris ? Est-ce que tout va bien ?
- Saaam !!! Tu peux venir voir s’il te plait ? Répondit celui-ci d’une voix paniquée.

La jeune fille s’enroula dans un peignoir et passa la tête par la porte pour apercevoir Chris, l’ai absolument terrifié, debout sur son lit.

- Araignée !! S’exclama-t-il en montrant la petite bête d’une main tremblante.

Devant le ridicule de la scène, Samantha retint un éclat de rire avec difficulté et alla écraser le « monstre » pour la plus grande joie du jeune homme. A l’entente de son soupir de soulagement, Samantha ne put se retenir et explosa de rire.

- Tu trouves ça drôle en plus ? Bougonna Chris.
- C’est juste que… le contraste entre vous deux ! Pouffa-t-elle.
- Le contraste ! S’exclama-t-il indigné. Mais quel contraste ? Elle était énorme !!!!

Face à la mauvaise foi du jeune homme, la petite brune ne put que rire de plus belle. Et celui-ci n’aimant pas que l’on se moque ouvertement de lui décida de procéder au plan d’attaque numéro 1 : Les chatouilles.
Il s’approcha d’elle d’un pas menaçant, espérant l’intimider, mais la jeune fille était tellement prise par son fou rire qu’elle ne prêtait pas réellement attention à ce qu’il préparait. Si bien qu’il l’entoura dans ses grands bras et commença l’attaque sans que la demoiselle ait pu prévoir de technique de défense. Surprise, elle s’arrêta de rire quelques secondes avant de commencer à se débattre, riant aux éclats.
Ne trouvant aucun autre moyen de se défaire de l’emprise du jeune homme, Samantha passa sa main dans son dos et imita le mouvement d’une araignée qui monte. Pour parfaire sa technique, elle ouvrit grand les yeux et s’exclama :

- Araignée !

Son plan ayant fonctionné à merveille, le jeune homme poussa un cri de terreur et arrêta sa douce torture aussitôt. Voyant que la jeune fille était repartie dans son fou rire, il comprit vite que cela n’était qu’une ruse de sa part.

- Bien joué mais la partie n’est pas terminée, dit-il d’une voix horriblement sexy, une étincelle vengeresse dans les yeux.

Il se rua sur la jeune fille qu’il souleva comme un vulgaire sac à patate mais, ayant pris un peu trop d’élan, ils s’étalèrent tout les deux sur le lit du jeune homme, celui-ci à califourchon sur la petite brune qui riait encore.
Se rendant compte de la situation compromettante, celle-ci d’arrêta de rire mais n’esquissa aucun mouvement pour autant.
Le temps semblait s’être arrêté et l’air était soudainement devenu beaucoup trop lourd.
Tout était flou dans la tête de Chris : il était allongée sur une jeune femme qui n’était vêtue que d’un peignoir assez court qui laissait entrevoir quelques unes de ses formes. De plus Samantha était bien loin d’être laide.
Pour la jeune fille, la situation n’était pas plus claire, se savoir allongée sur un lit, pratiquement nue sous un jeune homme qui ne la laissait pas indifférente mettait ses hormones à rude épreuve.
Ils restèrent une éternité dans cette position, les yeux dans les yeux et la respiration saccadée, jusqu’à ce que Samantha brise le silence d’une voix basse et timide :

- Je crois que… Je peux aller finir de prendre ma douche maintenant.

Le jeune homme préféra acquiescer plutôt que d’user de sa voix qui devait être beaucoup plus rauque qu’à l’habitude. Il se releva donc sans une parole et laissa la jeune fille à ses occupations, s’affalant sur le lit pour regarder la télé, ou du moins faire semblant de la regarder, l’esprit occupé par l’étonnante situation dans laquelle il était quelques minutes plus tôt.

Une fois qu’ils furent tous les deux prêts, ils décidèrent de partir travailler, voyant comme un soulagement le moment où ils seraient séparés et où ils pourraient enfin réfléchir correctement. Cependant, tout paraissait être contre eux, les obligeant à se toucher ou se frôler involontairement comme dans l’ascenseur, beaucoup trop plein où ils furent obligés de se coller l’un à l’autre pour rentrer.

Dès que Chris fut dans sa cuisine et Samantha dans sa bibliothèque, l’air devint beaucoup plus respirable pour les deux qui purent enfin se vider la tête.

Cependant, le fait d’habiter ensemble les obligeait forcément à devoir se faire face le soir venu et c’est pour cette raison que la jeune fille décida de faire comme si rien ne s’était passé.
Comme chaque samedi, une heure après être rentrée de son travail, Samantha redescendit donc à la réception pour attendre le jeune homme qui n’allait sûrement pas tarder.
Pendant ce temps, elle tournait en rond dans le hall d’entrée jusqu’à ce que le réceptionniste, d’habitude fort antipathique, ne lui adresse la parole :

- Bonsoir ! Dit-il d’une voix étrangement douce.
- Oh… Bonsoir ! répondit Samantha, surprise.
- Nous n’avons pas eu le temps de faire connaissance plus tôt et je trouve cela bien dommage… Je me nomme Blaise… continua-t-il sur le même ton doucereux.
- Enchantée… Répondit la jeune fille. Moi c’est Samantha ! Répondit-elle avec un léger sourire.
- Ravi de vous parler enfin. Je suppose que vous attendez votre petit ami … Dit-il sur un ton moins joyeux.
- Oh Oui j’attends Chris ! Répondit-elle… Mais ce n’est pas mon petit ami !! reprit-elle ensuite.
- On croirait pourtant… Une si jolie fille que vous célibataire ? Cela parait impossible … Dit-il sur un faux ton tragique qui fit sourire la jeune fille de plus belle.
- Et c’est pourtant vrai ! Soupira-t-elle.
- Votre « pas-petit-ami » ne verra donc aucun inconvénient à ce que je vous invite prendre un verre ? Continua Blaise sur un ton charmeur.
- Eh bien si, il en voit des inconvénients ! Répondit Chris qui venait d’arriver derrière Samantha d’une voix apparemment énervée. Viens Sam, on va manger ! Reprit-il en prenant la jeune fille par la main et l’entraînant vers leur chambre.

Elle se laissa traîner sur plusieurs mètres mais explosa, une fois dans l’ascenseur.

- Je peux savoir ce qu’il te prend ?
- Ce serait plutôt à moi de te demander ça ! Répondit-il sur un ton froid.
- Quoi ce qu’il me prend ? Je discute ! C’est interdit ? Toi en revanche tu as un comportement vraiment honteux.
- Honteux ? C’est moi le coupable dans l’affaire ?
- Tu t’es pris pour la victime peut-être ?
- C’EST PAS FINI CE BOUCAN !!!

Ils étaient à présent sortis de l’ascenseur et se hurlait dessus l’un après l’autre dans le couloir, dérangeant tous les gens de leur étage. Ils bredouillèrent de vagues excuses et s’enfermèrent « chez eux ».
Ils étaient debout face à face, rouges de colère sans trop savoir comment ils en étaient arrivés là. En particulier Chris qui ignorait pourquoi il était parti au quart de tour lorsqu’il avait vu le réceptionniste un peu trop près de la jeune fille.

- On en était où ? Demanda-t-il, un peu perturbé.
- Tu étais en train de me reprocher de discuter avec un de tes collègues.
- Premièrement ce n’est pas mon collègue, et deuxièmement, je te reproche seulement de batifoler avec un mec comme ça !!!
- Un mec comme ça ? C'est-à-dire ?
- Enfin Sam, t’as vu comment il te reluquait ! Me dit pas que c’est le titre du livre que tu as dans les mains qui l’intéressait ! Et puis ce mec est bizarre, tu le sais aussi bien que moi.
- Je te remercies de ta prévenance mais sache que je fréquente qui je veux, et puis peut-être que ça ne me dérangeait pas de « batifoler » avec lui.
- Si ça te dérangeais, dit Chris d’un ton radoucit mais ferme.
- Pardon ? S’exclama Samantha.
- Je te dis que tu n’étais pas à l’aise. Tu n’es pas du genre à fricoter avec le premier venu.
- Comment tu peux savoir ce qui est mon genre ?
- Je te connais Sam.
- Eh bien justement non tu ne me connais pas, je ne sais rien de moi alors je ne vois pas comment Monsieur pourrais me connaître. Peut-être que tu n’es qu’un psychopathe qui se rappelle très bien de qui il est mais qui veut profiter de moi, qui sais ?
- Mais enfin Sam, t’as perdu la tête ou quoi ? Tu crois vraiment que je suis là dans l’unique but de te faire du mal ? Tu ne crois pas que j’ai un minimum de respect pour toi ?
- Je n’en sais rien !! S’exclama la jeune fille. Je n’en peux plus, cette situation m’excède ! Je ne supporte pas le fait de ne pas savoir la vérité ! J’ai besoin de réfléchir à propos de tout ça ! De prendre du recul !
- Et bien, je ne pensais pas que ma présence t’importunait autant ! Mais je suis certain que ton cher ami réceptionniste sera ravi de t’aider à « réfléchir et prendre du recul », tu n’as qu’à aller le rejoindre.
- Bonne Idée, je vais aller le voir de se pas, ça ne peux pas faire de mal de discuter avec quelqu’un de plus aimable.
- Mais vas-y je t’en prie, ne perds pas ton temps avec un idiot comme moi et va faire ta gourgandine avec le premier venu ! Dit le jeune homme aussi blessé qu’énervé.

Affectée par les paroles du jeune homme et ne voulant pas montrer les larmes qui s’accumulaient déjà au bord de ses yeux, Samantha le gifla de toutes ses forces et sortit de la pièce en claquant la porte, laissant Chris seul avec ses nombreux regrets.

Il fallut quelques minutes au jeune homme pour qu’il reprenne ses esprits et se décide à se lancer à la poursuite de la jeune femme qui avait déjà dévalé les deux étages pour se retrouver à pleurer assise sur un banc enneigé en face de l’hôtel.
Il s’approcha doucement d’elle pour être certain qu’elle ne lui échappe pas une seconde fois. Il s’agenouilla devant elle et lui attrapa les mains avec délicatesse. La jeune fille sursauta à ce contact plein de chaleur et leva un regard noir vers le jeune homme qui se tenait devant elle et qui la regardait avec tristesse :

- Pardonne moi Mione, lui murmura-t-il.

Fin du chapitre 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hermyronthelove.skyblog.com
Mirandae
Elève de troisième année
Elève de troisième année
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 15/11/2007
Age : 34
Localisation : Au Chaudron Baveur devant un jus de citrouille

MessageSujet: Re: Liés Par le Coeur   Lun 14 Jan - 0:16

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! J'adore la dernière phrase du cahpitre! Excellent côté suspence, c'est super. Evidemment j'ai aussi adoré le passage de l'araignée et leur dispute après le numéro de drague de Blaise (Blaise ? Blaise Zabini?) Ces deux-là ne changeront jamais même la mémoire modifiée, ils restent les mêmes et c'est comme ça qu'on les aime! Vivement la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mirandae.skyrock.com
Bérengère
Elève de sixième année
Elève de sixième année
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: Liés Par le Coeur   Sam 26 Jan - 19:51

Genial J'ai trop hate de lire la suite ! Hihihiii

_________________
~ Fait parti de la team de Fandefic ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
¤Liily
Moldu
Moldu
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 16/11/2008
Age : 26
Localisation : à Poudlard, dans le parc ou sur mon cheval dans la manche

MessageSujet: Re: Liés Par le Coeur   Dim 16 Nov - 1:38

J'adore ces trois premiers chapitre en esperant qu'il y est une suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Liés Par le Coeur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Liés Par le Coeur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chaudron Baveur :: Les écrits :: Vos écrits :: Ron/Hermione-
Sauter vers: